La saga du coup de poing « direct »

Par Henry Plée, Karaté Bushido n°256 – 05/2007

Normalement, le rituel animal de l’homme est la lutte.
Cependant TOUT CHANGE POUR UN COMBAT DE SURVIE.
Privé de cornes, de griffes et de crocs, l’Homme a eu la capacité, unique dans le règne animal, grâce à son intellect, de pouvoir se défendre ou d’attaquer en tenant une arme, telle qu’une pierre, un bâton pointu, une épée, un poignard ou autre. Ainsi armé, il cherche toujours à percer « droit devant » son « prédateur » (un animal ou bien un autre Homme devenu prédateur puisque ce dernier veut le tuer).
Cette action directe de « percer » (« tsuki » en karaté, « estoc » en escrime) est instinctive.
Lorsqu’en « rituel amélioré », l’Homme utilise son poing nu pour affronter un autre Homme, sa pulsion instinctive est par conséquent de l’utiliser pour repousser avec ce poing. 
S’il frappe, il le fait directement pour atteindre le visage, parfois la gorge ou le ventre mais jamais les flancs ni le sexe… ainsi qu’on peut le constater lorsque deux hommes (normaux) se « bagarrent » dans une rixe.
Frapper d’un mouvement circulaire n’est pas instinctif (génétique), lire la suite

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s